La fable du nucléaire sans CO2

Contrairement aux idées fausses colportées par l’industrie nucléaire, la filière nucléaire prise dans son ensemble rejette des volumes de CO2 non négligeables, liés surtout à l’exploitation minière de l’uranium. En plus, cette émission de CO2 va augmenter à l’avenir avec l’exploitation de mines de moins en moins riches en uranium, ce qui implique une quantité de roches à manipuler de plus en plus énormes avec de l’énergie mise en œuvre correspondante. Pour couvrir les besoins en électricité des mines d’uranium on y installe des centrales électriques à charbon, et pour couvrir les besoins des énormes machines de chantier il faut apporter des quantités de diesel correspondantes, qui vont aussi produire le CO2 inhérent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

For spam filtering purposes, please copy the number 3444 to the field below: