Historique du nucléaire en Suisse

1946
Le conseil fédéral décide de construire une bombe atomique
Archives fédérales, février 1946 :« La SKA est chargée de construire une bombe suisse ou d’autres moyens militaires basés sur le principe de l’arme atomique. Il faut essayer de les développer à l’aide de ressources et matières premières suisses. Il faut examiner l’utilisation de ces moyens militaires sous différentes formes, à savoir : a. des bombes d’uranium comme moyens de destruction comme des mines, à des fins défensives ou pour des sabotages actifs ; b. des bombes d’uranium comme obus d’artillerie ; c. des bombes d’uranium comme bombe d’avion»
1957
Le référendum Energie nucléaire et radioprotection est accepté
1960
Construction d’un réacteur Suisse à Lucens pour produire du plutonium pour la bombe nucléaire Suisse
1968
premières démarches pour une centrale nucléaire à Verbois
1969
Démarrage de la centrale nucléaire Beznau I
1969
Accident dans la centrale nucléaire de Lucens et arrêt définitif
La confédération délivre une autorisation de site pour une nouvelle centrale nucléaire à Kaiseraugst, ce qui déclenche une contestation sans précédent jusqu’à l’abandon de projet en 1988
1972
Démarrage de la centrale nucléaire de Beznau II
1972
Démarrage de la centrale nucléaire de Mühleberg
1972
Fondation de la Nagra (société coopérative nationale pour le stockage des déchets radioactifs)
1975
La construction de la centrale nucléaire de Kaiseraugst est interrompue par une opposition populaire massive.
1979
Démarrage de la centrale nucléaire de Gösgen
1982
La Suisse cesse enfin d’immerger ses déchets radioactifs dans l’Atlantique Nord, suite à l’interdiction par la convention OSPAR
1984
Démarrage de la centrale nucléaire de Leibstadt
1985
«Projet garantie». Ce projet stipulait qu’«avant la fin de 1985 un projet doit être soumis, donnant une garantie pour le traitement et le stockage sûrs (…) des déchets radioactifs». Il indiquait que si «aucune garantie n’est donnée pour le traitement des déchets» dans les délais impartis, toutes les installations nucléaires devaient «éventuellement cesser leurs activités, voire même être fermées».
1988
Abandon des projets de centrale nucléaire à Kaiseraugst, Graben et Verbois
1988
«Projet garantie». Reconnaissance par le Conseil fédéral de la faisabilité et de la démonstration de la sûreté de l’évacuation finale des déchets de faible et moyenne activité, ouvrant ainsi la voie de la poursuite du nucléaire.
1989
Début des travaux d’investigation de la Nagra au Mont Terri
1990
Rejet de l’initiative pour Sortir du Nucléaire
Acceptation d’un moratoire de 10 ans sur l’autorisation de nouvelles centrales nucléaires
1995
Le canton de Nidwald refuse en votation populaire le stockage de déchets radioactifs au Wellenberg
2000
Trois initiatives sont rejetées en votation:
– Introduction d’un centime solaire
Redevance pour l’encouragement des énergies renouvelables (contre-projet)
Redevance sur l’énergie en faveur de l’environnement
2001
Rejet de l’initiative Taxer l’énergie et non le travail
Mise en exploitation du centre de stockage intermédiaire de Würenlingen
2002
Le canton de Nidwald refuse à nouveau le stockage de déchets au Wellenberg
2003
Rejets des initiatives Sortir du Nucléaire et Moratoire plus
2003
La nouvelle loi sur l’énergie nucléaire supprime le droit de véto cantonal aux projets d’entreposage de déchets radioactifs
2007
Le Conseil Fédéral décide le remplacement des actuelles centrales et le développement des centrales à gaz.
2008
Atel dépose une demande d’autorisation générale pour une nouvelle centrale nucléaire au Niederamt
2010
Des demandes d’autorisations générales sont déposées pour de nouvelles centrales nucléaires à Mühleberg, Beznau et Niederamt. Les promoteurs justifient des nouvelles centrales « pour éviter la pénurie d’électricité qui menace ».
2011
13 février: Le canton de Nidwald refuse une nouvelle fois le stockage de déchets au Wellenberg
En votation consultative, le canton de Berne accepte le principe d’une nouvelle centrale nucléaire à Mühleberg Un mois plus tard: La catastrophe de Fukushima déclenche en Suisse une évolution remarquable de l’attitude politique envers l’énergie nucléaire: Le Conseil Fédéral annonce sa décision de sortir du nucléaire. Le parlement confirme cette décision.
2012
Le Conseil Fédéral met en consultation sa « Stratégie énergétique 2050 ».
2013
Les organisations anti-nucléaires, dont Sortir du Nucléaire, déposent leur initiative « Pour la sortie programmée de l’énergie nucléaire« .
FMB-BKW annoncent la fermeture de la centrale de Mühleberg pour 2019!
2014
L’initiative du canton Berne pour débrancher Mühleberg immédiatement est refusée
2014
Des comprimés d’iode sont distribués à la population vivant dans un rayon de 50 km autour des centrales nucléaires pour empêcher l’accumulation d’iode dans la glande thyroïde en cas d’accident grave dans une centrale nucléaire.
2014
Le Conseil National décide de prolonger l’exploitation des centrales nucléaires de Beznau à 60 ans maximum, Gösgen et Leibstadt devront prouver leur bon état tous les 10 ans (sans limite)
2015
Les centrales hydrauliques devront être subventionnées, les prix de l’électricité s’étant effondré à cause de la surproduction en Europe. La pénurie d’électricité annoncée il n’y a que 5 ans n’a donc pas lieu!
2015
La Nagra propose un examen approfondi des régions de Jura-est et de Zurich nord-est en tant que domaines d’implantation pour dépôts en couches géologiques profondes
2016
Votation fédérale sur l’initiative Sortir du nucléaire limitant la durée d’exploitation de chaque réacteur nucléaire à 45 ans avec une cessation du dernier réacteur en 2029 : rejetée (54 %).
2017
Votation fédérale sur la Stratégie énergétique 2050 : il n’y aura plus de nouvelle centrale construite en Suisse ! acceptée à 58 %

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

For spam filtering purposes, please copy the number 7013 to the field below: